OLIVE - LILI DROP




photo : Jean-Guy Orlandini

C’est l’histoire d’un ado qui sort pour la première fois dans un bal de campagne.

Il entend « T’oublier » et danse jusqu’à l’ivresse.

 

C’est l’histoire d’un ado qui veut cette chanson, encore, pour danser seul entouré de quelques  imbibés en imitant le guitariste.

 

C’est l’histoire d’un ado, fasciné par Téléphone et la voix singulière de son chanteur. Il  retrouve ce ton qu’il aime tant dans celui d’un certain Olive, le même qui chante « T’oublier ».

 

Il découvre la discographie du groupe Lili Drop, celui d’Olive.

Notamment l’album « » où figure « T’oublier », et aussi l’album « Monde animal ».



Photo : site d'Olive

 

Il adore cette écriture directe, crue, parfois violente. Et cette voix, toujours au bord de tout.

 

C’est l’histoire d’un jeune homme qui retrouve 10 ans plus tard Olive dans un concert parisien et qui finit par boeuffer avec lui sur scène pendant une heure.

La soirée se termine affalés dans les marches du couloir de la salle de concert à refaire le monde, bières en mains.

 

Olive, un mec aussi fragile à voir qu’on l’imagine en l’écoutant. Jouant avec les limites. Une rock’n’roll attitude incarnée. Joues creuses de junkie, yeux pétillants, sensibilité exacerbée. Cru, paumé, guerrier, tour à tour sautillant et déprimé.



Photo : Philippe Lopparelli

 

C’est l’histoire d’un jeune homme que la vie conduit à se retrouver en studio à Bruxelles à enregistrer les chœurs sur « Vivant », une chanson de  l’album « Retour à l’envoyeur » d’Olive.

 

C’est l’histoire d’un homme qui retrouve 10 ans après Olive dans une soirée. Il le serre fort dans ses bras. Parce-qu’ Olive a bravé la mort, gagné jusque là, et que dans son cas, c’est énorme.

Il est comme dans sa chanson « vivant, c’est ça qu’est important ».

Sur le fil, et là !

 

C’est l’histoire d’un homme qui le voit faire le bœuf dans cette soirée avec l’émerveillement de l’ado qui s’éclatait sur « T ‘oublier » dans les bals de campagne en rêvant de faire un jour le guignol sur scène avec une guitare.

 

C’est l’histoire d’un homme qui écoute ce matin, mercredi 18 janvier 2006 une émission sur France Inter dont l’invité est Jean-Louis Aubert, ce chanteur a la voix singulière de Téléphone, et qui apprend qu’Olive est parti rejoindre les étoiles, hier mardi 17 janvier 2006.

 

C’est l’histoire d’un homme triste qui a plein la tête, comme une obsession, comme au premier jour, les paroles de cette chanson :

« t’oublier, t’oublier, j’ai pas envie d’te perdre merde ! »

 

Cette histoire, c'est la mienne.



Photo : Jean-Guy Orlandini

 

Sites à visiter :

http://www.e-monsite.com/lilidrop/accueil.html : le site d’Olive

 

http://www.lumbroso.fr/lionel/04_Music/Hist/b79_Olive.htm une épopée formidable racontée par un proche d’Olive, Lionel Lumbroso.




(Les photos sont issues du site d'Olive)

 

Nicolas Bravin, le 18 janvier 2006

Retour