C'est démoralisant !
Chaque jour un peu plus. En lisant la presse, en allumant la télé.
Des moutons, des pions, on savait qu'on en était, mais la danse prend un rythme insupportable.
Et les maîtres de ballet me marchent trop lourdement sur les pieds :
Bush qui fait exactement ce qu'il veut au mépris de l'ONU, au mépris du monde en général, comme l'histoire du congrès anti-pollution où les américains ont préféré payer et continuer à bousiller la planète plutôt que de la protéger.
Le gouvernement Chirac, en place juste parce-qu'on a voulu sauver la France de Jean-Marie Le Pen, qui nous prend royalement pour des crétins :
"C'EST PAS LA RUE QUI GOUVERNE";
Vraiment monsieur Raffarin ? Mais au fait, c'est pas cette même rue qui vous a offert votre poste ?
La rue, elle fait ce qu'elle veut !
Viols, enfants, personnes maltraitées, attentats suicide, Education Nationale en danger, GRAVE !
La loi du fric, de plus en plus grosse.
La loi du nombril sur les ventres les plus bedonnants.
Et pour ce qui reste, démerdons-nous. Je m'interroge sur la nécessité de s'exprimer sur les questions sociales en tant qu'artiste. J'entends qu'un artiste n'est pas fondamentalement là pour exprimer des opinions politiques, appeler à la vigilence, à la manifestation, mais peut-on parler de cas de force majeure ?
40 000 personnes à Marseille, 600 000 à Paris hier : en France, on y va dans la rue. Dire non. On se bat pour nous tous. Parce-que, comme dit Serrault dans LA GUEULE DE L'AUTRE (film rock'n'roll de Pierre Tchernia) : "on n'achète pas tout". Mais est-ce qu'on va supporter encore longtemps ce comportement politique et social qui assassine la France d'en bas, entre autre ? Le bestiaire, terminé !
Je suis dans un cocon, en colère, mais sur mon canapé.
Je réagis au gré de mon zapping. J'achète ce qu'on me dit d'acheter. Et je pense presque ce qu'on me dit de penser. Comme vous, parce-que ce système est solide et dangereux !

SOCIETE DE CONSOMMATION : COUPABLE !

Coupable de nous faire bouffer quand on n'a plus faim, de nous faire acheter quand on n'en a pas les moyens. Coupable de gaspiller quand on n'a pas tous une assiette par jour. Coupable de nous rendre cons.
Je suis drogué au système mais je bouge encore. Et vous ?
C'est pas un propos sur un disque, sur un chanteur, un guitariste.
Qui a parlé de rock'n'roll attitude et va puiser dans les caisses des intermittents où des trimeurs laissent à longueur d'année des taxes phénoménales ?
Bordel de merde, réveillons-nous, réveillez-moi ! Qu'est-ce qu'on se remet sur la platine pour sortir de la torpeur ?
Je n'appelle pas aux armes, ouvrons juste les yeux et les oreilles, et comme ça fait longtemps qu'on ne le fait plus, je vous propose cette semaine de commencer avec 5 minutes par jour.
Je ne veux ici véhiculer aucune idée politique particulière. Soyons tous critiques.
Moi je dis ça, c'est juste parce-que je crois encore en nous. On peut y arriver.

Nicolas Bravin, le 26 mai 2003.


Retour